Erreur
  • Cannot retrive forecast data in module "mod_sp_weather".

Tin Can Family

Ce site raconte l'histoire d'une famille ordinaire qui a eu un rêve et qui a voulu le transformer en réalité. À l'heure où nous écrivons ces lignes, nous ne savons pas encore si notre projet aboutira, vous le saurez en parcourant les pages disponibles.

La TinCanFamily au départ de l'aéroport de Bruxelles

"Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait"
— M. Twain.

Cette famille a un jour décidé de découvrir le monde dans une boîte de métal, tel un escargot avec sa maison sur son dos. C'est la Tin Can Family. Elle se compose de 4 petites boîtes bien différentes et qui partagent le même souhait de s'ouvrir aux autres... Nous vous invitons à suivre notre périple en suivant le recit des parents et le recit des enfants. N'hésitez pas à partager avec nous vos impressions ou à nous laisser de temps un temps un message.

Damien

The thick tin can. Présente toutes les caractéristiques des premières boîtes de conserve — celles peu commodes comme les premières boîtes. L’ouvre-boîte permettant d’accéder facilement à l’intérieur n’a pas encore été inventé, cela nécessite de la patience, du tact et en cas de résistance, parfois un gros coup de burin et de marteau. Il faut dire que la boîte est épaisse… Mais à côté de cela, il en présente également tout ce qu’on leur enviait : mécaniquement résistant, solide à tout épreuve et d’une grande fiabilité. D’après Wikipedia, « la boite de conserve présente beaucoup d’avantages pour ceux qui font de longs voyages (…) son utilisation et sa manipulation sont aisées ». Ça tombe bien, Damien aussi, bonne pâte, s’accommode également de presque toutes les situations. Durant le voyage, il sera notre pilier, la boîte bien épaisse sur laquelle chacun pourra s’appuyer pour résoudre quasi tous les problèmes et maintenir le cap.

Laurence

The USB tin can. Cette boîte est toujours branchée et a du mal à tirer la prise. Elle ne s'arrête que pour recharger ses batteries en se collant aux autres boîtes. Elle emmagasine les données pour toutes les boîtes qui l'entourent (agenda, activités, sortie, organisation en tout genre,…) et essaie ainsi de replacer ces boîtes qui roulent dans tous les sens sur leur étagère. Durant le tour du monde, son plus grand défi sera de se débrancher plus régulièrement et de laisser chaque boîte rouler, s'entrechoquer ou se ranger quand et où bon lui semble. Mais ses capacités de stockage et d'organisation nous permettront d'avoir toujours sous la main les informations utiles et nécessaires. En bonne USB Tin Can, c'est aussi notre mémoire collective qui sera chargée de conserver les traces de notre voyage et d'alimenter notre site Internet. Son côté technologiquement orientée facilitera sa tâche.

Cloé

The too much tin can. Cloé c’est la boîte de conserve trop remplie, difficile à fermer. Toujours posée sur le flanc, qui ne reste jamais immobile, jamais inactive et donc, malheureusement pour sa chambre et son cartable, jamais rangée. Mais c’est aussi la boîte qui roule devant ou derrière nous, jamais très loin, toujours partante, toujours intéressée. C’est elle qui vous expliquera, parce qu’un peu de culture n’a jamais tué personne, que « L’essor de cet emballage dans le monde ne se produit cependant qu’au XIXe siècle avec la généralisation de la pratique de l’appertisation, méthode stérilisatrice dont le nom dérive de celui de son inventeur, le Français  Nicolas Appert  qui l’a découverte empiriquement… ». Pendant notre épopée, elle sera les yeux grands ouverts ou plongée dans les guides touristiques. Elle nous surprendra par ce qu’elle aura enregistré, capté, retenu et se cachera dans notre poche quand nous rencontrerons des étrangers. Pour elle aussi, l’ouvre-boîte permettant d’y accéder est difficile à utiliser.

Nathan

The Jack in the tin can. Nathan c’est la boîte de conserve tout droit sortie d’un magasin de farce et attrape. Celle qui vous envoie une décharge quand vous la prenez en main ou dans laquelle, en essayant de l’ouvrir, vous trouverez un diable sautillant. Elle s’ouvre très facilement mais vous ne savez jamais ce que vous allez trouver à l’intérieur. Comme pour sa sœur, cette boîte est souvent sur le flanc et rarement à l’arrêt. Mais parfois, cette boîte roule dans un coin et reste là, tranquillement, en solitaire jusqu’à ce que quelqu’un (souvent une autre boîte qui roule) aille le bousculer et alors, ils roulent ensemble en s’entrechoquant quelques fois. Comme son père, il est mécaniquement résistant et peut aisément jouer le rôle de barrière contre l’agressivité environnante. Impossible de rester de mauvaise humeur à ses côtés. Rapidement, un bon mot, une farce et le sourire revient au quart de tour. Il est partant pour rouler un an à nos côtés surtout si c’est en camion. À nous, de temps en temps, de ranger cette petite boîte, seule sur son étagère, dans son monde pour lui permettre de retrouver son contenu intérieur riche en humour, intelligence et créativité.